La dorsale hydrogène européenne atteint près de 40 000 km

La dorsale hydrogène européenne atteint près de 40 000 km
Révélé en juillet dernier, le projet de dorsale hydrogène européenne (EHB) vient d’accueillir douze nouveaux gestionnaires gaziers. Regroupant désormais 21 pays, ce projet européen de transport de distribution d’hydrogène représente désormais un réseau potentiel de près de 40 000 km.

Alors que les projets de production d’hydrogène se multiplient un peu partout en Europe, la question du transport va rapidement devenir essentielle. Plutôt que de mobiliser des milliers de camions, les gestionnaires de réseaux appellent à développer un nouveau réseau de canalisation destiné à faciliter le transport de l’hydrogène. Annoncée en juillet 2020, l’initiative de la Dorsale hydrogène européenne (« European Hydrogen Backbone », EHB) va en ce sens. Alors que le rapport initial prévoyait un réseau de 23 000 km connectant dix pays européens, l’arrivée de 12 nouveaux partenaires élargit le potentiel. A horizon 2040, le groupement prévoit désormais un réseau hydrogène de 39 700 km destiné à relier 21 pays européens.

Des réseaux gaziers reconvertis pour le transport de l’hydrogène

Plutôt que de reconstruire un nouveau réseau, les différents partenaires proposent la réutilisation des infrastructures existantes. Selon les estimations, 69 % des canalisations d’hydrogène proposées pourraient être issues de la reconversion de réseaux gaziers existants. Les 31 % restantes seront de nouvelles canalisations. Destinées à raccorder les nouveaux consommateurs, elles seront situées dans des pays où les réseaux gaziers sont plus limités.

Colossal mais essentiel pour l’émergence de la filière, l’investissement nécessaire à la constitution de ce nouveau réseau de transport d’hydrogène est estimé entre 43 et 81 milliards d’euros. C’est moins que ce qu’estimait le premier rapport de l’EBH publié l’an dernier. « Alors que le projet initial fondait son estimation de coûts uniquement sur des canalisations de diamètre 1200 mm, cette nouvelle version prend en compte le fait qu’une grande partie des infrastructures gazières existantes et des infrastructures hydrogène de demain est constituée de canalisations de diamètre inférieur » justifie le rapport.


Des leviers à mettre en place

Si les opérateurs gaziers sont prêts à prendre le virage de l’hydrogène, reste aux autorités à donner l’impulsion pour la création de ce nouveau réseau.

« Le schéma et le calendrier définitifs de la Dorsale hydrogène européenne dépendent des conditions de marché pour l’hydrogène et le gaz naturel, ainsi que de l’élaboration d’un cadre réglementaire stable » avertissent les hauteurs du rapport.

« La nécessité de penser et planifier les futures infrastructures de transport d’hydrogène grandit partout en Europe. C’est un sujet majeur si l’Europe et la France veulent atteindre leur objectif de neutralité carbone en 2050. La possibilité de reconvertir des infrastructures existantes représente de ce point de vue un atout majeur » souligne Thierry Trouvé, Directeur Général de GRTgaz, Président du groupe de travail Energie d’Hydrogen Europe.

En savoir plus :