Formation hydrogène : Nous avons assisté à la première du module d'Energy Formation

Formation hydrogène : Nous avons assisté à la première du module d'Energy Formation
Alignant de nombreux modules diversifiés et souvent complémentaires, l’organisme de formation affilié à GRDF propose désormais aux professionnels de découvrir sur 2 jours l’hydrogène, en le comparant notamment au gaz naturel et au GPL. Le succès est déjà au rendez-vous d’une formule qui offre une large place aux travaux pratiques sur plateau pédagogique incendie.
 
Ce mercredi 28 septembre 2022, la météo annonçait pour Saint-Etienne-de-Montluc (44) où l’un des 3 centres d’Energy Formation est installé, une matinée pluvieuse et des averses dans l’après-midi. Mais à 20 kilomètres au nord-ouest de Nantes, nous sommes encore dans la Bretagne historique, celle que le groupe Tri Yann défend depuis des dizaines d’années.
 
Sur le vaste territoire, la pluie, elle vient et elle va en se moquant éperdument des prévisions météorologiques. Les Bretons ont d’ailleurs une croyance populaire au sujet de la pluie que je leur laisse le soin d’exprimer aussi crûment qu’ils en ont l’habitude. Déjà, à l’approche du centre de formation de La Croix-Gaudin, les nuages se percent de trouées lumineuses lorsque nous arrivons.
 
Les 12 stagiaires ont déjà pu se présenter succinctement. Avec diverses expériences dans les fluides, ils viennent de 7 entreprises très différentes : transporteur de gaz, producteur d’hydrogène vert, pétrolier-énergéticien, opérateur de transport en commun, stockeur d’énergie, installateur en systèmes de chauffage, concepteur en tuyauterie industrielle.
 

Un duo de formateurs très complémentaire

Certains des stagiaires avaient parcouru plus de 500 km pour rejoindre le campus d’Energy Formation, quand d’autres pouvaient retrouver leur domicile en une trentaine de minutes. Mais tous souhaitaient en savoir davantage sur l’hydrogène, et notamment sur les dangers qu’il peut représenter et comment les éviter, voire les gérer. Ces attentes étaient confiées à un duo détonant d’intervenants.
 
Tout d’abord Gérard Colling, concepteur-formateur pour le groupe GRDF. C’est lui qui a insisté pour que soit créée maintenant cette formation axée sur l’hydrogène, dans un contexte d’une demande s’amplifiant du côté des professionnels face à une offre quasi inexistante. La salle comble ce mercredi 28 septembre et les 4 sessions programmées pour 2023 déjà bien remplies lui donnent raison.
 
Lors du stage, en plus de la co-animation des travaux pratiques, il est le gardien de l’organisation et du sablier. Car son binôme Marc MoutH2on (orthographe qu’il emploie lui-même), tout spécialiste du gaz soit-il, est un véritable électron libre. Rongé d’anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres qu’il brûle de communiquer, il enrichit véritablement la formation de son expérience rare et précieuse.

De G. à D. : Gérard Colling et Marc Mouthon
 

De copieux apports

Inutile de vous inscrire au module référencé « Z8002 » chez Energy Formation pour vous taper une bonne sieste : ce sera tout simplement impossible et ce serait dommage de louper toute une densité d’informations et d’observations sur le terrain.
 
Les objectifs visés sont ambitieux autour de l’hydrogène : Acquérir les connaissances nécessaires pour maîtriser son exploitation en toute sécurité ; Comprendre sa cartographie ainsi que ses caractéristiques physiques et chimiques en les comparant à celles des autres gaz ; L’étudier comme un carburant ; Mesurer son intérêt écologique et économique ; Maîtriser son cadre réglementaire ; S’intéresser aux techniques pour le stocker ; Comprendre le fonctionnement d’une pile à combustible ; Découvrir des projets majeurs dans lesquels la molécule H2 est centrale.
 
Les premiers apports théoriques commencent à s’empiler, alors qu’au centre de la salle une curieuse installation technique attire les regards mais semble plutôt inoffensive : pas de bruit, pas d’odeur, et pourtant… Il est 10 h 30, l’heure des premières observations a sonné.
Que penser de cette petite installation technique au centre de la salle ?
 

Maquette d’expérimentation

Le moment est venu d’enfiler ses habituels vêtements pour éliminer les risques et perturbations liés à l’électricité statique. Le centre peut en prêter à ceux qui n’en ont pas. En jaune et orange pétants, ou d’une couleur foncée plus discrète, les stagiaires sont pour la plupart venus avec leur propre panoplie qui comprend les chaussures.
 
Nous nous retrouvons à l’extérieur, sous des nuages qui se retiennent encore et laissent se diffuser les rayons du soleil. Gérard Colling et Marc Mouthon présentent la maquette pédagogique. Celle-ci a été confiée par l’équipe néerlandaise de Kiwa, en attendant que soit prête celle du centre de La Croix-Gaudin. De gros tuyaux alimentent la petite plateforme. En jaune, du gaz naturel, en rouge pour l’hydrogène.
 
Les caractéristiques des 2 gaz vont être comparées au cours de diverses expérimentations : bullage, pression, déflagration, inflammation, quantité d’énergie, température, présence d’humidité sur les brûleurs, etc.
 
Des caméras thermiques étaient nécessaires pour observer la flamme d’hydrogène, à moins d’utiliser, comme les formateurs, de la vapeur d’eau ou une solution de cuivre. Certains résultats ont étonné parfois, en raison d’apparentes contradictions qui ont scientifiquement été expliquées par le duo de formateurs.



 

Pleins feux sur les animations en plateau pédagogique incendie

Avant même de vouloir céder à une quelconque impression de faim arrive l’heure du déjeuner. Le bâtiment du restaurant de type self-service est lumineux et propice à la communication entre les stagiaires. Si le stand des plats éphémères attire trop de monde, le cuistot en charge des plats plus traditionnels saura vous séduire : « Venez par ici, moi j’ai des frites ! ».
 
Après le repas, tout le monde se retrouve sur le plateau pédagogique incendie. Les observations qui se préparent vont être d’une autre dimension, plus spectaculaires encore que les travaux pratiques de la matinée.
 
Cette fois, les flammes et explosions vont être comparées entre GPL, GNV et hydrogène. Il va faire chaud, il va y avoir beaucoup de bruit. Et un vieux fût va prendre de plus en plus de hauteur selon la richesse de la concentration en molécules H2 qui va progresser de 12 à 29 %, puis aux environ de 59 %. Et à 85 %, que croyez-vous qu’il va se passer ? Serez-vous le stagiaire qui risquera de sacrifier son téléphone portable pour découvrir si le faire sonner dans une boîte à concentration explosive d’hydrogène le réduira en miettes.


 

Expérimenter pour bien comprendre

Revêtu de sa combinaison de pompier volontaire expert, Marc Mouthon ne sera jamais contre l’idée de mettre en scène la réponse à l’une de vos questions. Ses seules limites : la disponibilité des gaz et l’horaire.
 
Les différentes expérimentations vont en particulier permettre de visualiser à la caméra thermique une très longue flamme d’hydrogène, comparer les combustions entre les 2 autres gaz utilisés pour la mobilité (GPL et GNC), mesurer les risques en fonction de la pression, savoir éteindre un feu d’hydrogène.
 
Au milieu de l’après-midi, le retour en salle sera l’occasion d’un débriefing et de compléter les apports théoriques. D’autres séquences de travaux pratiques ont été réalisées le lendemain, jeudi 29 septembre 2022. Après 16 heures, les stagiaires ont pu indiquer leur niveau de satisfaction aux 2 formateurs.
L’hydrogène propulse le fût

Notre évaluation

Ce module de formation Z8002 est intitulé « Les fondamentaux de l’hydrogène et les risques associés ». Mais il pourra aussi très bien convenir d’approche comparée à ceux qui voudront découvrir les 3 carburants gazeux qui peuvent alimenter la mobilité alternative.
 
Le duo de formateurs est particulièrement bien choisi. Ils ont chacun une très grande expérience. Nous avons moins parlé dans l’article de Gérard Colling. Ce dernier dispose aussi d’une expérience très poussée dans le monde de l’automobile. Il a travaillé dans des milieux très exigeants, et une partie de sa vie professionnelle sous la direction directe de Jean Todt, ancien président de la Fédération internationale de l’automobile et aujourd’hui envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU pour la prévention et la sécurité routière. Les stagiaires qui suivront cette formation auront vraiment beaucoup de chance de recevoir une petite dose de son expérience et de celle de Marc Mouthon.
 
Autre chose : Il y a chez GRDF un esprit très particulier, quasiment palpable, au point que nous l’évoquons régulièrement entre nous à la rédaction d’H2-Mobile. Il s’agit d’un mélange constitué des éléments suivants : compétence, accueil, humilité, originalité et grand sens des priorités. On retrouve donc ce concentré avec Energy Formation.
 

Remerciements

H2-Mobile et moi-même remercions tout particulièrement Gérard Colling, Marc Mouthon, mais aussi Stéphane Doistau et Leah Bolchini, respectivement directeur général et responsable de la communication, pour leur accueil et leur confiance. Et de la confiance, il en faut pour accepter la présence d’un journaliste à la session inaugurale d’une formation qui touche à la sécurité des fluides au caractère explosif.
 
Un grand merci également aux stagiaires qui nous ont fait une petite place auprès d’eux. C’était en particulier une joie de trouver des collaborateurs d’entreprises que nous citons parfois très régulièrement dans nos articles.

Annonces