Mercedes dresse le bilan écologique de la voiture à hydrogène

Mercedes dresse le bilan écologique de la voiture à hydrogène
TÜV Süd, organisme certificateur, vient de livrer le bilan écologique complet du Mercedes GLC F-CELL, hybride rechargeable à pile à combustible.  Cet audit prend en compte l’impact environnemental de la voiture tout au long de son cycle de vie. Conclusion : l’origine de l’hydrogène et de l’électricité conditionne le résultat, des progrès sont réalisables dans l’emploi des matières premières.
 
Equipée à la fois d’une pile à combustible mais aussi d’une  batterie rechargeable, la GLC F-CELL est l’archétype du véhicule à l’impact environnemental minoré. En cumulant les 430 km offerts par sa pile à combustible aux 51 kilomètres de sa batterie pleinement chargée, le SUV allemand atteint près de 500 kilomètres d'autonomie au total. Zéro émission à l'usage mais quid de l'impact CO2 pendant la production ou lors du recyclage ? C’est ce que Mercedes Benz a voulu mesurer.
 
Seule une analyse du cycle de vie complet d’un véhicule fournit une image réaliste de son impact sur l’environnement. Basée, suivant les modèles, sur un parcours compris entre 150 000 et 300 000 km, elle permet de mesurer les émissions de CO2 mais aussi les effets de l’extraction des matières premières ou du retraitement du véhicule en fin de vie. 
 

Les émissions de CO2 de fabrication compensées par l’utilisation

Grâce à une conduite sans émission, les véhicules électriques peuvent compenser une grande partie des émissions de CO2 liées à la fabrication des batteries. Il en va de même pour les véhicules à pile à combustible (qui génèrent plus d'émissions en production mais un peu moins que les véhicules à batterie en fonctionnement) où la fourniture d'hydrogène a une influence majeure sur l'effet global.
 
Afin d'évaluer la compatibilité environnementale de la GLC F-CELL les experts ont donc pris en compte les émissions et l'utilisation des ressources tout au long de son cycle de vie.  Cela inclut l'extraction des matières premières. L'utilisation de platine dans la pile à combustible a, par exemple, été réduite de 90% pour la GLC F-CELL par rapport à la classe B F-CELL – la production et l’utilisation, et enfin le recyclage.


 

Le mode de production de l’énergie est déterminant

Comme dans tous les véhicules électriques, la manière dont l'énergie nécessaire est générée est un des facteurs principaux qui impacte le bilan écologique de la Mercedes-Benz GLC F-CELL  : 100% renouvelable ou fonction de la part de chaque combustible dans le mix énergétique (pétrole, charbon, nucléaire...) du pays concerné. La même question se pose en ce qui concerne la génération d'hydrogène. Plusieurs scenarii possibles : « reformation » à partir de gaz naturel,  scénario dit de mobilité H2 (50% régénératif, 50% à partir de gaz naturel) et 100% de production d’hydrogène via l'électrolyse.
 
Sur la base d’un kilométrage de 200.000 kilomètres, le bilan écologique de la GLC F-CELL est plutôt bon. Bien que ses composants spécifiques entraînent des émissions de CO2 considérablement plus élevées pendant la production, celles-ci peuvent être en partie compensées au cours de la phase d'utilisation, en fonction de la source d'hydrogène et de l'énergie. Les économies de CO2 sur l'ensemble du cycle de vie sont maximales si le GLC F-CELL fonctionne exclusivement avec de l'hydrogène et de l'énergie provenant de sources renouvelables.
 

Réduire l'utilisation de matières premières

Compte-tenu de ces éléments, l'objectif de Daimler est désormais de réduire de 40%  l'utilisation de matières premières de base de ses groupes motopropulseurs et de ses batteries d'ici 2030.

Outre l'utilisation économique des ressources, le reconditionnement des composants et le recyclage devraient jouer un rôle important. Les progrès de la technologie des batteries lithium-ion contribueront aussi davantage à cette réduction : la densité énergétique sera encore accrue, tandis que les batteries deviendront de plus en plus légères. La composition des matériaux changera et des matériaux tels que le cobalt seront remplacés par du nickel.
 

Mercedes GLC F-Cell

Premier SUV à hydrogène de Mercedes, le GLC F-Cell combine une batterie rechargeable à une pile à combustible lui conférant plus de 400 kilomètres d'autonomie avec un plein.