Allemagne : des normes pour encadrer le transport ferroviaire à hydrogène

Allemagne : des normes pour encadrer le transport ferroviaire à hydrogène
Dépendant de l’Office fédéral des chemins de fer, le Centre allemand de recherche sur le transport ferroviaire a demandé au bureau de certification TÜV Rheinland InterTraffic la rédaction d’une norme comme préalable au développement des trains alimentés à l’hydrogène.

Normes automobiles

Alors que des essais de rames à hydrogène ont déjà permis de lancer les premières commandes et de programmer la construction de 2 stations d’avitaillement dédiées, respectivement près de Francfort et à Bremervörde au Nord de l’Allemagne, le gouvernement fédéral s’inquiète de ne pas disposer d’une règlementation de sécurité spécifique.

Jusqu’à présent, les autorités se sont appuyées sur des règlements techniques et des normes en vigueur dans l’industrie et le secteur automobile pour évaluer la conformité et homologuer les premiers engins ferroviaires. Il en est sans doute ainsi des rames Coradia iLint d’Alstom dont les premiers exemplaires sont commercialement exploités outre-Rhin depuis septembre 2018.

Développement exponentiel

Les trains à hydrogène d’Alstom ont déjà séduit plusieurs territoires en Allemagne. D’ici 2022, 14 exemplaires supplémentaires vont être lancés sur les rails en Basse-Saxe pour le compte de l’opérateur régional LNVG, et 27 dans le Land de Hesse avec RMV.

Deux  ans plus tard, la Deutsche Bahn devrait ouvrir une exploitation expérimentale sur la ligne Tübingen-Pforzheim avec des rames fournies par Siemens Mobility. Le début du chantier est cependant inscrit au calendrier 2021. Ces programmes et ceux à venir ont incité les pouvoirs publics allemands à sécuriser ce développement avec des exigences réglementaires et techniques distinctives.


1ère phase : étude

Avant de se lancer dans la rédaction d’un ensemble de règles, l’organisme de certification compte examiner toutes les contraintes et normes nationales et internationales pertinentes applicables aux véhicules à hydrogène et aux systèmes de piles à combustible. A l’issue de cette première prestation pour la suivra une analyse visant à estimer leur transposition à la mobilité ferroviaire.

2ème phase : projet de norme

Avec les éléments retenus, TÜV Rheinland InterTraffic fournira dans 1 an un projet de norme spécifique au rail pour les systèmes de piles à hydrogène embarqués dans les véhicules ferroviaires. Globalement, l’organisme assurera la gestion du projet, la documentation des résultats des travaux, et la coordination du groupe de travail. Ce dernier comprendra des experts actifs au niveau mondial dans la filière hydrogène.