Arcola Energy prépare le rétrofit hydrogène d'un premier train pour l'Ecosse

Arcola Energy prépare le rétrofit hydrogène d'un premier train pour l'Ecosse
Spécialisé en intégration des piles à hydrogène dans les véhicules lourds et autres applications de transport, Arcola Energy présentera à la Cop26 organisée à Glasgow en novembre 2021 son démonstrateur de train H2 prêt à être produit en série pour un service répondant à tous les critères de sécurité.
 
Installé à Londres avec une usine à Liverpool (Angleterre) et un futur site d’ingénierie et de production à Dundee (Ecosse), Arcola Energy a été désigné dans sa mission de livrer le premier train à hydrogène du territoire par Scottish Enterprise (Organisme public qui encourage le développement économique, les entreprises et l’innovation), Transport Scotland (Agence publique nationale des transports) et Hydrogen Accelerator (unité attachée à l’Université de St Andrews pour une mise en œuvre efficace et efficiente des technologies de l’hydrogène en Écosse). Un consortium, dirigé par cette société londonienne, a été créé pour réunir autour du projet les plus grands spécialistes de dimension mondiale de la filière H2 outre-Manche.

Globalement, il s’agit de créer tout un écosystème compétent et doté de l’outil industriel nécessaire pour servir les futures demandes du territoire en matière d’engins ferroviaires à zéro émission.
 

Adaptation de la plateforme A-Drive sur un train Class 314

Chef de projet responsable de l’ingénierie, de la conception et de l’intégration des systèmes de piles à hydrogène, et de la démonstration de projets, Arcola Energy développera la plateforme technologique pour le nouveau groupe motopropulseur qui prendra place sur un ancien train de type Class 314 à 3 voitures produit par British Rail Engineering Limited en 1979.

Identifiée sous le numéro 314209 et mise à disposition par ScotRail, la rame qui sert de base est la seule des 16 construites à échapper à une probable destruction. Les autres ont pour la plupart été arrêtées courant 2019, après différentes remises à neuf programmées entre 2006 et 2013. Arcola Energy compte adapter sa plateforme déjà existante A-Drive permettant de convertir à l’hydrogène toute une série de véhicules très différents parmi lesquels des tracteurs routiers, des autocars, des engins de service municipaux et des rames de train. Cette opération a parmi ses intérêts principaux de pouvoir mettre au point un démonstrateur opérationnel en moins de 10 mois.
 

Rail sans émission en 2035

Le rétrofit hydrogène de cette rame diesel s’inscrit dans la stratégie écossaise pour aboutir à échéance 2035 à un service ferroviaire de voyageurs décarboné.

Secrétaire écossais des transports, Michael Matheson envisage de convertir nombre de rames retirées de la circulation si la 314209 est convaincante et exploitable avec son nouveau groupe motopropulseur à hydrogène. Trois organismes intégrés au consortium lui permettront de prendre la décision le moment venu. Il s’agit tout d’abord du bureau d’études Arup qui fournira son expertise spécialisée en ingénierie ferroviaire si utile pour parvenir à une conversion de haut niveau compatible avec la stratégie de sécurité défini pour ce projet. Cet organisme aura ensuite pour mission de produire une feuille de route afin de déployer des trains à hydrogène en Ecosse.

Basé à Édimbourg et Glasgow, et déjà engagé dans des essais de piles à combustible pour l’aviation, Abbott Risk Consulting veillera à la conformité du développement du démonstrateur selon le cahier des charges établi. Enfin, AEGIS fournira la certification nécessaire en matière de sécurité et conformité pour la mise en exploitation de la rame convertie, comprenant l’infrastructure d’avitaillement en hydrogène. Et ce, même si le démonstrateur servira plus particulièrement de base pour des travaux en R&D de fournisseurs de technologie et d’universitaires écossais.