Hydrogène blanc : une nouvelle ruée vers l'or !

Hydrogène blanc : une nouvelle ruée vers l'or !
Selon une étude du cabinet norvégien Rystad Energy, quarante sociétés recherchent aujourd'hui des gisements d'hydrogène naturel. Il y a quatre ans, elles étaient seulement 10 !  
 
La nouvelle ruée vers l’or ! Encore peu évoqué il y a quelques années, l’hydrogène naturel fait désormais régulièrement la une des médias. Il faut dire que le gisement serait colossal !
 
Selon une récente étude du cabinet norvégien Rystad Energy, les explorations ont aujourd’hui lieu dans huit pays : l'Australie, les USA, le Canada, la Colombie, l'Espagne, la France, l'Albanie et la Corée du Sud. Une liste qui s’allonge régulièrement, chaque pays souhaitant explorer le potentiel de cette nouvelle énergie qui pourrait renverser la géopolitique mondiale.
 
Toutefois, aucun gisement commercialement exploitable n'a jusqu'à présent été découvert sur ces sites. La seule exploitation du genre est un petit gisement localisé près du village de Bourakébougou, à une soixantaine de kilomètres de Bamako, au Mali. Exploité par Hydroma, il produit cinq tonnes d'hydrogène annuelles servant à générer de l'électricité pour un village voisin.
 
En matière de recherches, certains acteurs sont plus avancés que d’autres. En effectuant des forages, l'entreprise Gold Hydrogen a récemment découvert des concentrations d'hydrogène atteignant 86 % en Australie-Méridionale.
 




 

Une énergie abondante et pas chère

 "Le coût de l'hydrogène gris, produit grâce à des combustibles fossiles, est en moyenne inférieur à 2 $/kg et celui de l' hydrogène vert s'avère trois fois plus élevé", explique Rystad. "L'extraction et la purification de l' hydrogène blanc peuvent être réalisées pour environ 1 $/kg. Hydroma, son seul producteur actuel, le produit au Mali pour 0,50 $/kg."

Outre son avantage en termes de coût, l’hydrogène blanc se distingue également par sa faible intensité carbone. Celle-ci dépendra toutefois de la pureté des gisements. « Avec une teneur en hydrogène de 85 % et une faible contamination méthanique, l'intensité carbone est d'environ 0,4 kg d'équivalent dioxyde de carbone (CO2e) par kilogramme d'hydrogène blanc gazeux. À 75 % d’hydrogène et 22 % de méthane, l’intensité monte à 1,5 kg CO2e par kg H2 », chiffre le cabinet norvégien.
 
« Bien qu’encore à ses balbutiements et avec beaucoup d’incertitudes, l’hydrogène blanc a le potentiel de changer la donne pour le secteur de l’hydrogène propre en tant que ressource naturelle propre et abordable, faisant ainsi passer le rôle de l’hydrogène d’un vecteur énergétique à un élément d’approvisionnement en énergie primaire. Cependant, la taille réelle des réserves est encore incertaine et les défis en matière de transport et de distribution de l’hydrogène demeurent » note Minh Khoi Le, en charge de la recherche hydrogène chez Rystad Energy.



Want to promote your activities to a French qualified professional audience?
Join our partners now to secure new business opportunities!
Learn more



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces