Hydrogène : TECO 2030 veut lancer une gigafactory de piles à combustible en Norvège

Hydrogène : TECO 2030 veut lancer une gigafactory de piles à combustible en Norvège
Comment combiner des volumes de transports toujours croissants avec des émissions réduites ? TECO 2030 a décidé de répondre à cette question en boostant la solution hydrogène.
 
Filiale de Teco Maritime Group, qui fournit des technologies et des services à l’industrie mondiale du transport maritime depuis plus de 25 ans, TECO 2030 enchaîne les actions pour devenir un partenaire majeur de la mobilité électrique à pile à combustible. L’entreprise souhaite se concentrer sur les bateaux et autres véhicules lourds.

Pour cela, elle s’apprête à implanter en Norvège la plus importante structure du territoire dédiée aux piles à combustible hydrogène (PEM). Le complexe comprendra un centre de recherche et d’innovation de pointe adossé à une unité de production d’une capacité annuelle de 1,2 gigawatts. Cinq cents créations d’emplois sont planifiées pour cet ensemble qui devrait être opérationnel dès 2022.


 

Partenariat avec AVL

Les piles à combustible proposées par TECO 2030 seront mises au point en collaboration avec la société d’ingénierie autrichienne AVL. Cette dernière se positionne comme la plus importante société indépendante au niveau mondial dans le développement des systèmes de transmission. Elle compte une vingtaine d’années d’expérience dans l’industrie des piles à combustible. AVL détient 150 brevets dans le domaine.

Ce partenariat permettra de fournir à des clients exigeants des transports maritimes et fluviaux des PAC H2 plus compactes, durables et efficaces que les modèles récupérés de l’industrie automobile pour les adapter aux bateaux à hydrogène.
 

PAC modulaires de plusieurs gigawatts

Modulaire, la solution développée par TECO 2030 et AVL permet d’envisager des systèmes à pile hydrogène jusqu’à plusieurs mégawatts de puissance. Ils trouveront leur place aussi bien dans de nouvelles constructions qu’en cours de rénovation de navires. Ce n’est pas la première fois que les 2 entreprises collaborent ensemble. Elles sont à l’origine de la commercialisation du système le plus complet existant à ce jour d’épuration des gaz émis par les paquebots (TECO Future Funnel).
 

Application aux bateaux

Le site d’accueil de l’usine n’a pas encore été choisi. Il serait localisé dans l’Est de la Norvège, probablement dans les comtés de Viken, Vestfold ou Telemark. TECO 2030 compte s’appuyer sur les pôles de compétences à proximité dans le domaine de la technologie et du transport maritime. « Nous optimisons les piles à combustible de bas en haut pour une utilisation marine intensive », justifie Tore Enger, à la tête de l’entreprise.

Le secteur est sous la pression de lourdes contraintes fixées par l’OMI (Organisation maritime internationale) au sujet des émissions de CO2. Par rapport aux valeurs de 2008, elles doivent être réduites de 40% d’ici 2030, et de 70% à échéance 2050. Sans compter le probable développement des zones à émissions nulles des voies fluviales et navigables des grands centres urbains.
 

Engagement en faveur de l’hydrogène vert

Associé à Siemens, Bosch, AVL et Verbund, Teco 2030 s’active à développer l’ambitieux projet Green Hydrogen @ Blue Danube. Grâce à ce partenariat, de l’hydrogène généré en Roumanie à partir des énergies solaires et éoliennes sera acheminé par des barges le long du Danube vers des sites industriels en Autriche et en Allemagne. Dans ce programme, TECO 2030 fournira les piles à combustible qui équiperont les remorqueurs à hydrogène chargés de faire avancer sur le fleuve autrichien ces barges.
 
Le montant de l’investissement à dégager pour construire et développer le complexe usine-centre d’innovation a été évalué par TECO 2030 à 100 millions d’euros à aligner sur 10 ans. Tore Enger met en perspective les fonds à trouver avec un chiffre d’affaires qui devrait peser plusieurs centaines de millions d’euros par exercice.

Côté à Euronext Oslo depuis 2020, l’entreprise explore différentes pistes pour réunir l’enveloppe. Elle s’attend à bénéficier d’une subvention de l’organisme public norvégien Enova dans le cadre du programme IPCEI Hydrogen (Important Projects of Common European Interest = Projets importants d’intérêt européen commun) qui vise à accélérer le développement de la filière hydrogène sur le vaste territoire.
 

Exemple de débouchés

TECO 2030 ne rencontrera vraisemblablement pas de difficultés à diffuser ses piles à hydrogène. L’entreprise vient de signer un accord de coopération stratégique avec les chantiers navals néerlandais Thecla Bodewes Shipyards NV afin de développer des navires zéro émission.Dans ce cadre sont attendus des systèmes de propulsion à PAC H2 pour équiper tous les types de navires fluviaux, tels que remorqueurs-pousseurs, dragues, navettes de transports de passagers, péniches, etc.

Fin janvier, TECO 2030 a présenté une configuration qui pourrait devenir son best-seller pour l’industrie maritime et offshore. Baptisé « FCC 1600 », le conteneur ISO standard de 20 pieds offre sa structure à un empilement de modules de PAC H2 « FCM 400 ». Avec une puissance unitaire exploitable de 400 kW, ils disposeraient de « 2 fois la capacité des piles à combustible proposées par les autres fournisseurs ».