Royaume-Uni : Des milliers d'emplois grâce aux bus hydrogène

Royaume-Uni : Des milliers d'emplois grâce aux bus hydrogène
Trois projets en mobilité durable vont bénéficier d’une enveloppe globale de 54 millions de livres (62,7 millions d’euros). Ils seront à l’origine de la création de 10 000 emplois sur le vaste territoire.
 
Outre-Manche, les autorités nationales comptent bien exploiter l’actuelle période de pandémie pour développer des projets au Pays de Galles, en Angleterre et en Irlande du Nord qui devraient empêcher l’émission de 45 millions de tonnes de CO2. Soit le volume de rejets carbonés causés tout au long de leur durée de vie par 1,8 million de voitures particulières.

L’équivalent de 37 millions d’euros va être consacré à produire des camions et des autocars électriques plus efficients. Un peu plus de 13 millions d’euros servira à exploiter les technologies de récupération d’énergie, utilisés dans le sport automobile, afin d’améliorer l’impact environnemental et sur la santé publique des voitures particulières et utilitaires légers. Le dernier, doté d’un crédit équivalent (11,2 millions de livres), fait appel aux technologies de l’hydrogène.


 

Relance d’une économie vertueuse

En plus de relancer une économie plus vertueuse propice au respect des objectifs climatiques, l’ensemble vise à faire du Royaume-Uni un territoire leader en technologie automobile de demain. Ces programmes entrent dans le cadre de la stratégie nationale « Bus Back Better » lancé récemment par le gouvernement, et du plan en 10 points du Premier ministre pour une révolution industrielle verte.

Dans les 2 cas, il s’agit « d’accélérer le passage aux véhicules zéro émission et de décarboner les réseaux de transport du Royaume-Uni », a indiqué Kwasi Kwarteng, secrétaire d’Etat aux Affaires, à l’Energie et à la Stratégie industrielle. Le financement est coordonné par l’Advanced Propulsion Center qui soutient le développement de technologies à faibles émissions de carbone pour les voitures, les bus, les poids lourds et les utilitaires légers.
 

Avec Wrightbus

Installé depuis 1946 à Ballymena, en Irlande du Nord, le constructeur d’autobus Wrightbus s’est déjà fait connaître pour ses modèles simple ou double niveau à zéro émission. Il devra exploiter la subvention de 13 millions d’euros afin de développer et commercialiser des PAC H2 à faible coût pour ce type de véhicules. L’enveloppe servira également à créer un centre d’excellence sur l’hydrogène.

Le tout favorisera l’émergence d’une nouvelle génération de bus de classe mondiale plus abordable fonctionnant avec ce produit. Dans ce pays, un millier d’emplois qualifiés pourraient être sauvegardés grâce à ce projet baptisé « Next Gen FCEV ». Et plus de 3 000 autres devraient être créés au cours des 10 prochaines années.