Royaume-Uni : BP va construire une usine de production d'hydrogène bleu de 1 GW

Royaume-Uni : BP va construire une usine de production d'hydrogène bleu de 1 GW
British Petroleum (BP) va construire une usine de fabrication d'hydrogène "bleu" à Teesside , au nord de l’Angleterre. Avec cette unité qui devrait produire 1 GW d’hydrogène, d’ici 2030, la compagnie pétrolière s’engage un peu plus dans le secteur et donne un coup d’accélérateur au projet du gouvernement britannique de fabriquer 5 GW d’hydrogène sur son territoire d’ici 2030.

« L'hydrogène propre est un complément essentiel à l'électrification sur la voie du zéro émission. L'hydrogène bleu (NDLR : produit à partir de gaz naturel), qui permet le captage et le stockage du carbone, peut fournir l'échelle et la fiabilité nécessaires aux processus industriels. Il peut également jouer un rôle essentiel dans la décarbonation des industries difficiles à électrifier et dans la réduction du coût de la transition énergétique » précise  Dev Sanyal, vice-président de BP. Baptisé H2 Teesside, le projet est le plus gros actuellement en développement au Royaume-Uni.



D’un point de vue environnemental, il permettra de capter et de stocker jusqu'à deux millions de tonnes de dioxyde de carbone par an, ce qui équivaut aux émissions de gaz à effet de serre résultant du chauffage d'un million de ménages britanniques. Situé à proximité des sites de stockage de la mer du Nord, des réseaux et des capacités opérationnelles existantes de distribution d'hydrogène, il devrait aussi faciliter la transition écologique des industries du Teesside qui, à elles seules, représentent plus de 5 % des émissions industrielles du Royaume-Uni. Un premier accord a d’ailleurs été signé avec Venator, l'un des plus grands producteurs mondiaux de pigments de dioxyde de titane, afin d'encadrer l'approvisionnement en hydrogène propre de son usine phare de Teesside.

Avec une capacité initiale de 500 MW d'hydrogène bleu en production d'ici 2027, mais surtout une visée à 1 GW d’ici 2030, H2 Teesside donne un coup accélérateur aux projets du gouvernement britannique de développer 5GW de production d'hydrogène d'ici 2030.