Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

SNCF : Guillaume Pepy confirme l'arrivée de trains à hydrogène

SNCF : Guillaume Pepy confirme l'arrivée de trains à hydrogène
Interrogé sur BFMTV, le président de la SNCF a confirmé la signature à venir d’un premier contrat pour la construction des premiers 15 trains à hydrogène.

« On espère que d’ici quelques semaines en mettant autour de la part six régions qui sont moteurs, l’Etat et Alstom, on va signer un contrat pour construire une quinzaine de trains à hydrogène. Ce sera une première en France » a confié le président de la SNCF, Guillaume Pepy, interrogé lors de l'émission Bourdin Direct diffusée sur BFMTV et RMC. « Ce qui est intéressant, c’est que le train ne rejette que de l’eau. On pourra diminuer la pollution en ville mais aussi à la campagne » poursuit-il.

Des déclarations qui font écho à celles de Vincent Delcourt, Directeur des projets énergies nouvelles au sein de la SNCF. Intervenant à Marseille lors des journées hydrogène dans les territoires, ce dernier a notamment précisé travailler sur un train bi-mode capable de passer à l’hydrogène sur les zones non-électrifiées.

Alstom prêt à répondre à la demande

Associé au projet de la SNCF, le groupe Alstom se dit prêt à répondre à la demande en fournissant « une quarantaine ou une cinquantaine de trains par an ». « Les premiers trains seront disponibles en 2021 ou 2022 » a assuré sur France Info Henri Poupart-Lafarge, le PDG d’Alstom.

Des trains zéro émission conçus et assemblés en France. « Le centre de compétence mondial pour l’hydrogène est à Tarbes. Même le train que nous avons fourni à l’Allemagne a sa propulsion conçue et fabriquée à Tarbes, en France » a rappelé le dirigeant.

Aussi de l’hybride

Pour la SNCF, l’hydrogène n’est pas la seule alternative envisagée. « On se lance aussi dans l’hybride. On a 4 moteurs dans un autorail. On enlève deux moteurs diesel et on met à la place deux batteries à haute puissance. Ces batteries récupèrent l’énergie du freinage. Cela permet, quand le train arrive dans les agglomérations, de ne pas rejeter de polluants » a-t-il précisé sur BFM.

« L’objectif c’est qu’il n’y ait plus un seul diesel sur le rail français d’ici quinze ans » a par ailleurs confirmé Guillaume Pepy. « C’est extrêmement ambitieux car il y a encore aujourd’hui 20 % des trains et des locomotives qui sont diesel » a t-il souligné.