L'ADEME relance son appel à projets écosystèmes hydrogène

L'ADEME relance son appel à projets écosystèmes hydrogène
Lancé au lendemain de l’annonce du plan hydrogène français par le ministère de la transition énergétique et l’Ademe, l’appel à projets « Écosystèmes territoriaux hydrogène » est reconduit jusqu’au 14 septembre 2021.

Le gouvernement continu à dynamiser la filière hydrogène. Lancé le 9 septembre 2020, l’appel à projets « Écosystèmes territoriaux hydrogène » vient d’être relancé par le gouvernement et l’ADEME afin de permettre à d’autres territoires de présenter leurs projets. Cherchant à faire émerger la filière, l’appel à projets porte à la fois sur le déploiement d’infrastructures de production d’hydrogène bas carbone et ses applications dans différents dont celui de la mobilité.

Le nouvel appel à projet court jusqu’au 14 septembre 2021. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de l’ADEME.

7 projets présélectionnés

Clôturée en décembre 2020, la première session de l'AAP hydrogène ADEME a permis de présélectionner 7 projets. Représentant une demande d’aide de 45 millions d’euros, ils seront étudiés et validés dans les mois à venir :
  • AUXR_HUBH2 : mené par la communauté de l’Auxerrois en partenariat avec Hynamics, Dalkia et Transports Bethery, le projet vise à produire de l’hydrogène localement pour adresser différents besoins liés à la mobilité lourde : bus, bennes à ordures ménagères et camions 44 tonnes, ainsi que les futures rames de TER hydrogène.
  • Cannes Lérins H2. Porté par la communauté d’agglomération Cannes Pays de Lérins, le projet ambitionne le déploiement d’un réseau de stations de production et de distribution d’hydrogène sur la façade méditerranéenne à destination d’usages terrestres et maritimes. Menée en partenariat avec HYNAMICS, la première phase consiste en la mise en place d’une production d’hydrogène par électrolyse pour alimenter une partie de la future flotte de bus ainsi que les premières bennes à ordures ménagères hydrogène de l’agglomération.
  • DBeaut’Hy Truck. Porté par la PME E-Néo, le projet porte sur le développement de la mobilité lourde hydrogène en Île-de-France. Ce projet s’appuie sur un maillage de stations en cours de développement, portés par le consortium Last Mile, projet retenu lors du précédent appel à projets « Ecosystèmes de mobilité H2 » de 2019.
  • H2 Loire Vallée. Ce projet vise le déploiement d’infrastructures de production et de distribution d’hydrogène à St Nazaire pour le déploiement de bus hydrogène opérés par la CARENE. D’autres usages seront également adressés : usages industriels mais aussi maritimes.
  • H2 Nord Franche-Comté. Porté par le le Grand Belfort est en partenariat avec HY4 et le Syndicat Mixte des Transports en Commun de Belfort, le projet consiste à installer à proximité du dépôt de bus du SMTC une station de production par électrolyse et de distribution d’hydrogène. Cette station permettra d’alimenter en hydrogène une partie de la flotte de bus du SMTC ainsi que des activités industrielles et de R&D du territoire.
  • Rouen Vallée H2 vise à associer un site de production d’hydrogène vert à une station de distribution destinée à alimenter 11 bus à piles à combustible sur le territoire.
  • VHyGO. Le projet Vallée Hydrogène Grand Ouest s’étend sur 3 régions : la Bretagne, les Pays de la Loire et la Normandie. Porté par la jeune entreprise Lhyfe, il vise à déployer plusieurs sites de production d’hydrogène vert sur les différents territoires concernés.

32 projets à instruire

Clôturé le 16 mars dernier, le second volet de l’appel à projets est en cours d’étude. Au total, 32 projets sont à instruire par les équipes de l’Ademe et du Ministère.

Sans communiquer de liste précise, le gouvernement indique que les réponses concernent la quasi-totalité des régions françaises et différents usages de mobilité lourde : bus, bennes à ordures ménagères, véhicules utilitaires, bateaux) ; ils visent aussi à décarboner des usages actuels de l’hydrogène dans les bassins industriels français