Avion à hydrogène : Singapour se rapproche d'Airbus

Avion à hydrogène : Singapour se rapproche d'Airbus
L'autorité de l'aviation civile de Singapour (CAAS) et Airbus étudient la possibilité de créer un centre de distribution d'hydrogène à l'aéroport de Changi. L'étude de deux ans, qui débutera début 2022, couvrira des domaines tels que la production, le stockage et la distribution d'hydrogène, les services au sol pour les avions, les équipements logistiques et les systèmes de ravitaillement.

« La reprise après la pandémie de Covid-19 ne sera pas un retour au statu quo, mais une occasion de reconstruire une aviation plus durable ». Pour Han Kok Juan,  directeur général de la CAAS, la décarbonation de l’aviation est une priorité. Selon lui, les organisations impliquées (infrastructures aéroportuaires, compagnies) doivent, dès maintenant, anticiper et développer des voies concrètes pour atteindre l'objectif de rendre le transport aérien plus écologique.
 
Dans ce cadre, alors que l'hydrogène n'est pas encore utilisé dans les avions commerciaux, mais qu’il apparaît clairement comme une solution crédible pour réduire à zéro les émissions de dioxyde de carbone ; il a engagé une coopération avec Airbus pour analyser les freins et prérequis à sa mise en œuvre.
 
Aux termes de l’étude, le CAAS prendra les résultats en compte pour le développement de nouvelles infrastructures et l’accompagnement de l’industrie de l’hydrogène. 
 
Alors qu’Airbus envisage de livrer son premier avion à hydrogène d’ici 2035 et que la CAAS vient de s’associer à Singapore Airlines pour anticiper la future utilisation de carburant d'aviation durable à Singapour, cette collaboration est une bonne nouvelle. Pour l’avionneur européen, certes, mais aussi  pour l’avenir de la planète. Avant la pandémie de Covid-19 en 2020, l'aviation commerciale produisait chaque année environ 900 millions de tonnes de dioxyde de carbone, soit environ 2 % des émissions mondiales. Le nombre de passagers devrait doubler d'ici à 2050, ce qui signifie un doublement parallèle des émissions de dioxyde de carbone si aucune mesure n'est prise. La mise en action, autour de l’aviation à hydrogène, d’acteurs majeurs comme Airbus et la CAAS, laisse augurer d’un scénario plus en phase avec les objectifs mondiaux de réduction de CO2.