Avec HyPERION, Airbus ouvre la voie à l'hydrogène liquide pour l'aviation civile

Avec HyPERION, Airbus ouvre la voie à l'hydrogène liquide pour l'aviation civile
Airbus, ArianeGroup et Safran, associés au sein du projet HyPERION viennent de réaliser avec succès le test d’un nouveau mode de conditionnement de l’hydrogène, permettant d’alimenter des motopropulseurs d’avions. Ce nouveau pas en avant rend de plus en plus réaliste l’hypothèse de la décarbonation de l’aviation civile à horizon 2035.
 
C’est la fin du projet HyPERION (hydrogène pour une propulsion aéronautique respectueuse de l'environnement) ! Lancé en 2020 et financé en partie par le gouvernement français (dans le cadre  du Programme d’Investissements d’Avenir), celui-ci se clôt car l’objectif fixé est atteint : tester et valider un système de conditionnement d'hydrogène capable d'alimenter une turbine à gaz aéronautique.
 
En effet, le 12 mai 2023, sur son centre d'essais de Vernon, ArianeGroup a réalisé, avec succès, la démonstration d’un nouveau mode de conditionnement l’hydrogène, appuyé sur son expérience aérospatiale. Grâce à la réutilisation d'équipements (électropompe, générateur de gaz, échangeurs) initialement conçus pour des applications spatiales, l'hydrogène est stocké sous forme liquide puis conditionné pour atteindre une température et une pression optimales dans les moteurs. Ainsi préparé, l’hydrogène peut alors être injecté dans des motopropulseurs aéronautiques en remplacement des carburants fossiles.
 
Si le projet a été mené à son terme aussi rapidement, c’est certes en raison de l'expérience acquise par ArianeGroup avec son lanceur orbital Ariane ; mais aussi grâce à la combinaison unique des savoir-faire éprouvés d'Airbus et de Safran, tous deux constructeur d'avions et concepteurs de systèmes de carburant pour l’aviation.


 
HyPERION a permis des avancées significatives dans la définition des systèmes de propulsion à l'hydrogène pour les avions commerciaux, avec un haut degré de sécurité, et dans l'identification des différentes technologies qui doivent encore être développées. C’est une nouvelle brique dans le développement d’une aviation civile décarbonée et , comme le souligne Martin Sion, PDG d'ArianeGroup : «HyPERION à permis d'identifier les applications les plus prometteuses de l'hydrogène ».
 

Aussi pour les systèmes auxiliaires

HyPERION n’est pas la seule annonce réalisée par Airbus dans le cadre du salon du Bourget. L’avionneur y a également annoncé le lancement d’un nouveau programme baptisé HyPower visant à étudier l’intégration d’un système auxiliaire à hydrogène pour ses avions de lignes.

Destiné à fournir l’énergie nécessaire pour alimenter un certain nombre de fonctions non propulsives de l'avion, telles que la climatisation ou l'éclairage de bord, l’APU (Auxiliary Power Unit) à hydrogène permettrait de réduire les émissions de CO2 et de NOx mais aussi le bruit par rapport à un APU traditionnel.



 
« Nous voulons démontrer l'opérabilité et l'intégration du système, y compris le ravitaillement de l'avion en hydrogène. Nous ferons la démonstration de ce système dans des conditions réalistes, en montant à 25 000 pieds et en volant pendant une heure avec 10 kg d'hydrogène gazeux à bord » précise Michael Augello, PDG d'Airbus UpNext.
 
Piloté depuis les installations d’Airbus en Espagne, le démonstrateur devrait réaliser son premier vol d’ici à fin 2025 sur la base d’un Airbus A330. Avant cela, des tests seront réalisés sur un banc d’essai au sol.  
A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace



Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.
Annonces