Partenaires premium
Air Liquide
ADEME PACA

K2020 : un démonstrateur du rétrofit hydrogène Made in Vendée

K2020 : un démonstrateur du rétrofit hydrogène Made in Vendée
Deux entreprises très décidées à élargir la voie du rétrofit électrique et de la mobilité à hydrogène vert poursuivent un travail de conversion d’une Pontiac Firebird de 1988. Cette opération est une première étape vers la transformation et l’engagement en catégorie GT4 d’un modèle encore plus performant.
  
Depuis la première édition du Vendée énergie Tour en 2014, la mobilité durable puise dans ce territoire de l’Ouest un dynamisme qui profite à tout l’Hexagone et déborde même des frontières. C’est le fruit du travail d’un grand nombre de personnes.

Deux d’entre elles nous intéressent tout particulièrement aujourd’hui. Tout d’abord Jean-François Villeret, qui organise à travers la France des événements de promotion de la mobilité durable au sein de l’entreprise Tour Véhicules Electriques (TVE), dont le Vendée énergie Tour. Il a pour binôme Jérémy Cantin, membre fondateur de l’AIRe (Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique), président de la branche Maintenance - Vente et chargé des questions liées à l’électromobilité pour la Fédération nationale de l’artisanat automobile (FNA). Infatigable militant du rétrofit électrique, il a créé e-Néo, une entreprise qui s’active à transformer à la propulsion électrique et/ou hydrogène des poids lourds et autres véhicules à la demande des professionnels.
 

Team-VE

Jérémy Cantin et Jean-François Villeret ont fondé ensemble Team-VE, avec l’objectif de mettre au point une sportive électrique à pile hydrogène et de la confronter sur circuits à des modèles à la motorisation plus classique.

« Jérémy et moi avions la même idée de lancer une voiture de compétition électrique qui puisse affronter des thermiques. Nous avons pensé à la catégorie GT4 », confirme ce dernier. En France, le championnat dédié existe depuis 1997. Il s’impose aujourd’hui dans l’Hexagone comme la principale compétition de voitures de grand tourisme (GT). « La catégorie GT4 représente la formule majeure sur les circuits français et offre ainsi des possibilités de médiatisation intéressantes », estiment les 2 partenaires.
 

K2020

K2020, c’est une Pontiac Firebird de 1988. Nous l’avions photographiée en janvier 2020 lors de notre reportage chez e-Néo. Blanche aujourd’hui, elle était jaune à l’époque, avec des jantes argentées tape-à-l’œil, mais déjà débarrassée de son moteur. Elle attendait qu’on s’occupe d’elle.

« Cette Pontiac est ici depuis 5 ou 6 ans, en provenance de Floride. J’avais acheté un lot de véhicules dans lequel se trouvaient un GMC et des Ford Mustang. La Firebird a profité d’une place qui restait dans un conteneur », relate Jérémy Cantin. La transaction globale a été réalisée pour le compte de Brouzils Auto, un établissement également dirigé par le Vendéen, spécialisé dans l’entretien, la réparation et la restauration de véhicules anciens, dont les américaines et les Volkswagen Coccinelle, Combi et dérivés.

« Le nom de ‘K2020’ fait référence au feuilleton américain K2000. Notre Firebird est d’ailleurs un modèle similaire à celui transformé pour la série télévisée. Ce qui relie les 2 voitures, c’est une volonté d’évoquer le futur. K2020 ne parle pas, n’est pas autonome, mais embarque une motorisation futuriste évolutive », complète Jean-François Villeret.


 

Premières étapes de transformation

Chez e-Néo, on ne tolère pas l’à-peu-près. Avant conversion de la motorisation, la carrosserie est la plupart du temps parfaitement restaurée et les autres organes mécaniques revus par l’équipe de Brouzils Auto.

« Nous avons commencé par une remise en état de l’extérieur, sans aller jusqu’à une finition concours puisque la voiture a vocation à mordre de la piste. Pour cela nous avons renforcé le plancher et modifié la suspension », explique Jérémy Cantin. « Tout ce qui est inutile pour la course a été supprimé de l’habitacle. En revanche a été ajouté un arceau pour la participation des Pontiac Firebird au Nascar [NDLR : Fameuse compétition de stock-cars] commandé par Jérémy aux Etats-Unis », complète Jean-François Villeret. « La Pontiac a reçu un moteur de 88 kW de puissance que j’utilise d’habitude pour construire mes Buggys électriques. Il est alimenté par un pack lithium-ion 15 kWh sous 150 V réalisé avec des cellules de BMW i3 », révèle le fondateur d’e-Néo.
 

Convaincre des sponsors

C’est dans cette configuration que la Firebird retrofitée et préparée compétition sera présentée en septembre prochain dans le cadre du Vendée énergie Tour. Le bolide effectuera des tours de démonstration sur circuit afin de séduire de futurs partenaires.

« Notre objectif avec cette première transformation est de décider des sponsors à nous rejoindre dans cette aventure. Des sponsors qui doivent avoir comme nous une vision ‘propre’ de la compétition et de l’énergie’ », commente le fondateur d’e-Néo. « Jérémy et moi voulons mettre en avant le savoir-faire d’e-Néo et de Team-VE pour la conversion électrique, à batterie et pile à combustible, de voitures de compétition », abonde Jean-François Villeret. Il souligne que « c’est souvent grâce au sport automobile que les innovations sont réalisées et testées ». Les 2 associés connaissent le dynamisme des entrepreneurs vendéens et des professionnels qui fréquentent le circuit de Fontenay-le-Comte ainsi que l’engagement de ceux qui rejoignent chaque année le Vendée énergie Tour. Ils sont confiants pour le passage à la 2e phase de leur programme.
 

Passage à l’hydrogène en 2021

Cette seconde phase est marquée par l’ajout d’une pile H2 sur une chaîne de propulsion largement retouchée. « Le groupe motopropulseur de K2020 évoluera avec un moteur électrique d’une puissance de 115 kW alimenté par une batterie d’une capacité énergétique minimum de 24 kWh sous 400 V. Ce pack sera dimensionné pour encaisser les gros appels de puissances lors des courses », avance Jérémy Cantin. Et la PAC H2 ?

« Une pile à combustible fonctionne dans la régularité. Ce n’est pas elle qu’il faut solliciter le plus lors des fortes accélérations. C’est pourquoi elle sera montée comme un prolongateur d’autonomie. Sa puissance sera de 30 kW », répond-il. Il est encore trop tôt du côté des Brouzils pour avancer une capacité du réservoir. « Quatre kilos d’hydrogène devraient être suffisants pour tenir une session sur piste, mais le dimensionnement idéal est sans doute plus important. Le besoin va dépendre de la configuration des courses. Nous affinerons plus tard cette question de la capacité du réservoir », estime le fondateur d’e-Néo.
 

Future sportive H2

Même avec son architecture intégrant une pile hydrogène, K2020 restera un démonstrateur. L’arrivée de nouveaux partenaires permettra à Team-VE de passer à un autre stade du programme : réaliser une sportive à inscrire en compétition. « Nous convertirons alors, avec une architecture mêlant batterie et pile hydrogène, une sportive thermique couramment utilisée en championnat de GT4. Nous n’avons pas encore effectué de choix sur le modèle », projette Jérémy Cantin. Avant d’être engagée en compétition, cette nouvelle voiture électrique à PAC H2 sera présentée dans diverses manifestations. Ce qui permettra d’affiner encore sa mise au point.
 

Hydrogène vert

« Nous utiliserons dans ces voitures de l’hydrogène vert en provenance de la future unité vendéenne de production de Bouin », se réjouit Jean-François Villeret. Pour rappel, la Vendée devrait inaugurer en 2021 avec Lhyfe cette unité alimentée en électricité grâce à 3 des 8 éoliennes installées à proximité. Sur ce sujet, nous avions donné la parole en mars dernier à Alain Leboeuf, président du SyDEV, le syndicat de l’énergie départemental. D’autres véhicules rétrofités par e-Néo profiteront de cet hydrogène vert. Ainsi les tracteurs routiers actuellement en cours de transformation et qui seront également présentés au prochain Vendée énergie Tour. Cette flotte sera progressivement complétée par des bus, bennes à ordures ménagères, voitures particulières, utilitaires légers et même des bateaux.
 
 
H2 Mobile et moi-même remercions beaucoup Jean-François Villeret et Jérémy Cantin pour leur réactivité et leur disponibilité.