Hydrogène : General Motors revoit à la baisse son accord avec Nikola

Hydrogène : General Motors revoit à la baisse son accord avec Nikola
Abandonnant l’idée d’une prise de participation au sein de Nikola, General Motors se contentera de fournir à la startup son système Hydrotec.

Pour Nikola, c’est un peu une descente aux enfers. Après avoir vu le cours de son action exploser suite à l’annonce d’un rapprochement avec le géant américain General Motors le 8 septembre dernier, la startup spécialiste de l’hydrogène a depuis multiplié les déboires. Accusé de fraudes (et même d’agressions sexuelles), son fondateur Trevor Milton a été contraint de quitter l’entreprise il y a quelques mois. Un remaniement qui ne semble pas avoir convaincu General Motors qui a finalement choisi d’abandonner l’idée d’une entrée au capital de la startup. Début septembre, tout semblait pourtant bien parti. A l’époque, le groupe américain prévoyait de prendre une participation de 11 % au sein de Nikola mais aussi de l’aider à industrialiser le Badger, son futur pick-up à hydrogène.

Au final, la collaboration entre les deux entreprises est réduite à un simple contrat commercial. Selon les termes de l’accord annoncé ce lundi 30 novembre, GM assurera à Nikola la fourniture de son système à piles à combustible Hydrotec dédié aux poids-lourds moyennes et longues distances. En parallèle, les deux constructeurs restent en discussion quant à l’utilisation de la batterie Ultium de General Motors à bord de certains véhicules fabriqués par Nikola.