Michelin s'engage davantage dans l'hydrogène

Michelin s'engage davantage dans l'hydrogène
Michelin accroît ses efforts de diversification avec notamment des développements et investissements lourds prévus dans les secteurs de la production de piles à combustible, l'impression 3D et les matériaux composites et médicaux. Sur le secteur de l’hydrogène, Symbio, l’entreprise créée avec Faurecia (fabricant de pièces automobiles), construit ce qui devrait prochainement devenir la plus grande usine de systèmes à hydrogène d'Europe.
 
Paradoxalement, la firme au Bibendum investit dans les piles à combustible alors que leur importance dans le secteur des transports reste limitée. Les constructeurs automobiles n'ont vendu que 2.380 véhicules à hydrogène au troisième trimestre de l'année dernière, contre 826 000 voitures hybrides rechargeables et entièrement électriques, selon BloombergNEF.
 
Néanmoins, les livraisons de véhicules à hydrogène ont nettement progressé et des constructeurs, dont Toyota, Daimler AG et Hyundai, investissent dans de nombreux projets connexes. La double articulation entre les contraintes environnementales, liées aux exigences climatiques, et les projections économiques relatives à l’hydrogène « vert » confortent également Michelin dans son choix de se positionner comme un futur leader sur ce marché.  Selon BloombergNEF, l'hydrogène dit "vert" pourrait chuter sous les 1$ / kg d’ici 2050.
 
De plus, la France et l'Allemagne (et l’Union européenne plus généralement) ont décidé d’investir massivement dans l’hydrogène et soutiennent significativement toutes les initiatives industrielles dans le domaine. Cela tombe bien car, comme le souligne Valérie Bouillon-Delporte , directrice du département hydrogène de Michelin,  «les aides publiques sont nécessaires pour faire décoller l'industrie et chaque gouvernement choisit ses champions».
 

Via Symbio, Michelin veut devenir un leader mondial de l’hydrogène

Et nul doute qu’avec un chiffre d'affaires visé d'environ 1,5 milliard d'euros et une part d'environ 12 % du marché mondial des piles à combustible d’ici 2030, Symbio aura besoin du subsides publics pour cofinancer ses objectifs extrêmement ambitieux et devenir l’un des champions français de l’hydrogène. 
 
La nouvelle usine de Symbio, construite à Saint-Fons (Sud de Lyon),  sera opérationnelle début 2023 et fournira des piles à combustible pour une nouvelle gamme de fourgonnettes produites par Stellantis NV. D’autres commandes sont en pourparlers. Pour l’heure, Michelin, à travers Symbio, fournit des équipements pour la première camionnette Kangoo à hydrogène de Renault, au groupe PSA et vient de signer un nouveau partenariat avec Safra, constructeur de bus.  Pour devenir « le vaisseau amiral de l'entreprise en Europe »,  pour reprendre les propos de Philippe Rosier (Pdg de Symbio),  Michelin et Faurecia vont devoir investir à marche forcée.