Riversimple veut louer ses voitures à hydrogène

Riversimple veut louer ses voitures à hydrogène
Constructeur de la Rasa, un petit coupé à pile à combustible, la startup britannique Riversimple ambitionne de repenser complètement la mobilité. Voiture non vendue mais louée, centre de recherche sur l’économie circulaire ; elle explore toutes les pistes susceptibles de contribuer à la réduction de notre impact environnemental.
 
"Les piles à combustible sont totalement différentes des moteurs à combustion ; vous ne pouvez pas persuader une pile à combustible de se comporter comme un moteur à essence. Si vous voulez vraiment travailler avec les caractéristiques de l'hydrogène, vous devez repenser la façon dont nous construisons les voitures" souligne Hugo Spowers, fondateur de Riversimple.
 
C’est la raison pour laquelle, l’entreprise vient d’annoncer la construction d’un centre d’innovation autour de l’économie circulaire, pour un budget de 2,65 millions d’euros, à Llandrindod Wells (siège de Riversimple). Concept de base de l’économie circulaire : produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources, mais aussi la production des déchets
 
En partenariat avec l'université de Swansea et l'université d'Exeter, Riversimple compte expérimenter de nouveaux modes de production plus sobres, de nouvelles techniques de réemploi des matériaux, mais aussi des modes alternatifs de commercialisation des véhicules.
 
Petite biplace de 580 kg alimentée par une pile à combustible à hydrogène, et annoncée pour 500 km d’autonomie et une vitesse de pointe de 95 km/h, la Rasa ne devrait pas être vendue. Elle sera louée aux clients qui paieraient une redevance mensuelle couvrant la voiture, l'entretien, l'assurance et le carburant. Objectif : contrôler et limiter l’impact carbone du véhicule à tous les stades de son utilisation et favoriser au maximum son réemploi et son recyclage.