IPCEI hydrogène : avec Hy2Use, l'Europe débloque 5 milliards supplémentaires

IPCEI hydrogène : avec Hy2Use, l'Europe débloque 5 milliards supplémentaires
La Commission européenne a officialisé ce mercredi l’adoption d’un second projet important d'intérêt européen (IPCEI) dédié à l'hydrogène. Doté de 5,2 milliards d'euros de financements publics, ce projet baptisé « IPCEI Hy2Use » concerne 13 Etats Membres : Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Grèce, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovaquie, Espagne et Suède.
 
Alors que la crise énergétique continue de sévir, l’Europe poursuit ses investissements dans le domaine de l’hydrogène. Après l’officialisation du premier financement IPCEI (PIIEC en français) cet été et l’annonce il y a quelques jours de la création d'une banque européenne dédiée à l’hydrogène, la Commission Européenne lance un second projet important d'intérêt européen.
 
Baptisé IPCEI Hy2Use, celui-ci autorise les Etats membres à financer différents projets au-delà des limites habituellement imposées par le législateur. Un dispositif réservé aux filières clés et stratégiques pour l'Europe. Au total, les 13 Etats membres concernés par ce nouvel IPCEI fourniront jusqu'à 5,2 milliards d'euros de financements publics, ce qui devrait débloquer 7 milliards d'euros supplémentaires d'investissements privés. 
 

35 projets financés

Dans le cadre de ce PIIEC, 29 entreprises ayant des activités dans un ou plusieurs États membres, y compris des petites et moyennes entreprises (« PME ») et des start-up, participeront à 35 projets.
 
« Le PIIEC Hy2Use couvrira une large partie de la chaîne de valeur de l'hydrogène en soutenant la construction d'infrastructures liées à l'hydrogène, notamment des électrolyseurs à grande échelle et des infrastructures de transport, pour la production, le stockage et le transport d'hydrogène renouvelable et bas-carbone ; et le développement de technologies innovantes et plus durables pour l'intégration de l'hydrogène dans les processus industriels de multiples secteurs » explique le communiqué de la Commission.
 
Parmi les structures françaises financées, on notera Air Liquide mais aussi le duo TotalEnergies Engie dans le cadre du projet Masshylia visant au déploiement d’une usine de production d’hydrogène vert à Chateauneuf-les-Martigues afin de remplacer l’hydrogène gris aujourd’hui consommé par la bioraffinerie de la Mède.



 

Mise à l’échelle

« L'industrie européenne est un leader technologique mondial dans le domaine de l'hydrogène. Il est maintenant temps de déployer nos technologies dans les usines européennes. Nos PIIEC hydrogène soutiennent justement cela : une première génération de projets industriels hydrogène à grande échelle en Europe » a souligné Thierry Breton, commissaire européen en charge du marché intérieur.

Annonces