Chine : une année 2023 marquée par un essor exceptionnel de l'hydrogène vert

Chine : une année 2023 marquée par un essor exceptionnel de l'hydrogène vert
2023 a été une année remarquable pour l'industrie chinoise de l'hydrogène. La Chine veut devenir le leader mondial de l’hydrogène vert et la newsletter Chinahydrogen a passé au crible tous les ressorts mis en œuvre par Pékin, en analysant 27 feuilles de route de provinces chinoises (sur 31). Bilan : l’Empire du Milieu est bien parti pour tenir son objectif. Tant du point de vue du développement des véhicules à pile à combustible, que de la construction de nouvelles installations de production d’hydrogène vert et même de la création d’une chaîne industrielle complète ; la Chine a déployé en 2023, avec succès, tous les pans de sa stratégie hydrogène.
 
La Chine est un État très centralisé (c’est le moins que l’on puisse dire ! ). Néanmoins, compte tenu de la taille du territoire, les véritables indicateurs de la mise en œuvre d’une politique se trouvent au niveau des provinces (l’équivalent de nos régions… en plus grand). Et c’est finalement à ce niveau que l’on prend globalement la mesure du « virage hydrogène » pris par le pays.
 
En effet, à ce jour, près de 27 provinces (sur 31) ont décliné leurs feuilles de route pour le développement de l’hydrogène. 2025, 2030 ou 2035…  les échéances sont différentes, mais la visée est commune : utiliser et produire massivement de l’hydrogène vert dans les prochaines années.
 

Les ventes de véhicules à pile à combustible ont progressé de 45 %

Ainsi, au regard des informations délivrées, la Chine devrait avoir déployé près de 117 000 véhicules à pile à combustible d'ici à 2025, dépassant très largement l’objectif, initialement fixé, de 50 000. Derrière ce chiffre, se cache néanmoins une forte disparité territoriale. Huit provinces (Pékin, Shanghai, Guangdong, Hebei, Shandong, Shanxi, Shaanxi Beijing, Shanghai, Guangdong, Hebei, Shandong, Shanxi et Jiangsu) visent le déploiement de 10 000 FCEV, chacune, d'ici à 2025.
 
On retrouve d’ailleurs ce dynamisme autour du véhicule à pile à hydrogène dans les statistiques : pour les onze premiers mois de 2023 les ventes ont augmenté de 44,8 %, avec 3 996 unités vendues sur la période. Si l’accélération du marché est franche, elle reste cependant principalement portée par la vente de véhicules lourds (bus, poids lourds…). Secteur très largement subventionné par l’État chinois, qui a, pour l’instant, axé le gros de ses soutiens à la transformation des véhicules lourds et du transport public.
 
En parallèle du développement de la flotte H2, la densification du réseau de distribution est, elle aussi, bien engagée : plus de 439 stations de ravitaillement en hydrogène sont opérationnelles (toutes les provinces, à l'exception du Tibet). La province du Guangdong occupe la première place avec plus de 60 stations-service hydrogène, suivie par le Shandong, l'Hebei, Shanghai et le Zhejiang, avec 20 à 30 stations de ravitaillement en service.


 

La production d’hydrogène vert ne cesse de croître

Côté production d’hydrogène vert, 2023 a été marquée par la multiplication des projets, dont certains gigantesques, majoritairement portés par de grandes entreprises énergétiques publiques. Au 15 décembre 2023, plus de 30 installations de production d'hydrogène vert sont en cours de construction, tandis que les marchés publics pour les électrolyseurs ont bondi à 2 055 MW.
 
Parmi les gigafactories, celle de Sinopec Xinjiang Kuqa, qui devrait produire 20 000 tonnes d'hydrogène vert par an à pleine capacité, vient d’entrer en fonction (non sans perturbations). En parallèle, Sinopec a entamé la construction d’une usine de production encore plus importante à Ordos (Mongolie Intérieure), dont la mise en route ne devrait pas intervenir avant 2025. Ces deux gigafactories, s’inscrivent dans la stratégie d’investissement de Sinopec, qui prévoit de mobiliser 4,6 milliards de dollars pour porter sa capacité annuelle de production d'hydrogène à 500 000 tonnes d'ici à 2025.
 
D’autres acteurs du secteur de l’énergie sont, eux aussi, mobilisés autour de la production d’hydrogène vert. Parmi eux, China Energy Engineering Corporation Ltd (CEEC) qui compte actuellement cinq installations en cours de construction, dont celle de Songyuan (640 MW)  qui utilisera l'énergie éolienne et solaire pour produire 45 000 tonnes d'hydrogène vert par an (ensuite convertis en 200 000 tonnes d'ammoniac vert et 20 000 tonnes de méthanol vert).

Présenté comme le plus grand site de production d'hydrogène vert au monde, l'usine Sinopec de Kuga rencontrent quelques difficultés.
 

Les électrolyseurs chinois dominent le marché mondial

Ce boom chinois de l’hydrogène vert s’est traduit par un développement massif des industries autour du secteur et notamment dans celui de la fabrication des électrolyseurs. Une récente étude du BNEF prévoit que la Chine devrait disposer de plus de 40 GW de capacité de fabrication d'électrolyseurs d'ici à la fin de 2024.
 
Bien que le renforcement des capacités se concentre majoritairement sur les électrolyseurs alcalins à haute pression, très compétitifs en termes de coûts (mais moins performants) par rapport à leurs pairs occidentaux, de nouveaux arrivants développent des modèles PEM. Il y a donc fort à parier que l’emprise des électrolyseurs chinois dans nombre de projets en cours n’est pas près de faiblir.
 
En effet, étant donné que la capacité de fabrication d'électrolyseurs de la Chine dépassera de loin la demande intérieure, qui devrait être d'environ 4 GW selon de nombreux analystes nationaux, les producteurs chinois continueront à rechercher des opportunités sur les marchés étrangers.


 

Une industrie en pleine croissance, mais toujours fragile

Si, pour 2023, tous les voyants sont au vert pour l’industrie chinoise de l’hydrogène, un certain nombre de fragilités doivent néanmoins être soulignées. Aujourd’hui, presque tous les fabricants d’électrolyseurs perdent de l’argent car la concurrence féroce fait chuter la rentabilité.
 
La situation est la même pour les principaux constructeurs de piles à combustible : les documents publiés montrent qu'ils ont tous subi d'énormes pertes financières au cours des dernières années. L’ensemble de la chaîne de valeur des véhicules à pile à combustible dépend encore largement des subventions gouvernementales, ce qui interroge quant à sa viabilité à long terme.
 
A ce titre, 2024 sera une année clé pour l’ensemble de l’écosystème chinois de l’hydrogène. La pression internationale pour l’accélération de la décarbonation de l’industrie chinoise et le formidable levier de développement que cela représente pour son économie en voie de ralentissement ; devraient continuer à soutenir la croissance du secteur. Cependant, une grande partie de la pérennité de cet élan tiendra en la capacité de Pékin à maintenir son niveau extrêmement élevé de financements publics, notamment dans le développement d’infrastructures de stockage et de distribution. Autre inconnue de moyen terme, tout aussi déterminante ; l’évolution du coût de production de l’hydrogène vert. Mais là, les clés ne sont pas uniquement dans les mains du gouvernement chinois.
 
Source : Chinahydrogen
A la recherche de partenaires pour vos projets hydrogène ?
Bureaux d'étude, motoristes, opérateurs, fabricants, organismes de formation... retrouvez tous les acteurs de l'hydrogène dans notre marketplace.
Découvrir la marketplace

Vous avez aimé cet article ? Ne manquez pas les suivants en vous abonnant à H2 Mobile sur Google News ou en nous suivant sur Linkedin.

Annonces